La danse hip-hop s’anime

Films d'animation au cinémas du Grütli


Mercredi 22 février | 19:00

LA DANSE HIP-HOP S’ANIME

Cette année, le Festival a souhaité programmer une séance de courts-métrages d’animation en lien ou sur les danses urbaines. Cette programmation est réalisée par le réalisateur Mauro Carraro. Mauro travaille à Genève chez Nadasdy film. Il a notamment réalisé Hasta Santiago (Prix «Jean-Luc Xiberras» au Festival international du Film d’animation d’Annecy) et Aubade (nominé pour le Meilleur film d’animation au Prix Suisse 2015).

Quatres films d’animations et un making-of seront projetés :

Le Coeur est un Métronome – Jean-Charles Mbotti Malolo (4’30 min)

Le premier film connu de Jean-Charles Mbotti Malolo, Le Coeur est un métronome est son court de fin d’études d’Emile Cohl réalisé en 2007. Le film illustre la relation complexe entre un père et son fils. La palette graphique est teintée, mais la musicalité, la gestuelle, le rythme, les corps et l’absence de parole annoncent déjà Le Sens du toucher, son premier film professionnel.

Le sens du toucher – Jean-Charles Mbotti-Malolo (14’30 min)

Chloé et Louis s’aiment secrètement mais ils n’arrivent pas à se l’avouer. Leurs gestes se substituent aux mots. Ils dansent, chaque parole est une chorégraphie. Louis se décide un soir à inviter Chloé à dîner chez lui. Quand elle arrive, il se rend compte qu’elle a recueilli des chatons perdus. Il choisit de faire abstraction de son extrême allergie aux chats mais il a beaucoup de mal à se détendre. Le dîner va alors révéler ses côtés les plus sombres. Il a horreur de sa propre rigidité et l’insouciance de Chloé va le pousser dans ses retranchements. Le rythme du ballet change, Louis complètement transformé en monstre boursouflé par l’allergie, met Chloé à la porte…

  • Réalisation : Jean-Charles Mbotti Malolo

Orgesticulanismus – Mathieu Labaye (9’29 min)

« C’est par le mouvement qu’on s’approprie sa propre vie. Par la liberté d’aller, de venir, d’avoir des gestes d’amour, de colère, peu importe. Quand on est privé de mouvement comme je le suis, si on veut survivre, il faut ré-inventer le mouvement autrement. »

– Benoît Labaye

  • Réalisation : Mathieu Labaye

Sous tes doigts – Marie-Christine Courtès (12’54 min)

À l’occasion du décès de sa grand-mère, une jeune eurasienne revit, entre danse et rituels, l’histoire singulière des femmes de sa famille, de l’Indochine coloniale à l’isolement d’un camp de transit. Le jour de la crémation de sa grand-mère, Emilie, une jeune métisse asiatique, se plonge dans les souvenirs de la vieille femme. Elle découvre l’Indochine de Hoà, sa rencontre amoureuse avec Jacques (un colon français), la naissance de Linh (sa mère) et le départ tragique vers la France en 1956. Elle revit en compagnie de Linh l’arrivée au camp d’hébergement de Sainte-Livrade, l’exploitation des femmes indochinoises par les maraîchers du Lot- et-Garonne. Entre souvenirs, danse, colère et rituels traditionnels, Emilie apprend à accepter cet héritage…

  • Réalisation : Marie-Christine Courtès